12-10-2019

Classe 3 - Habiter l'Exil

Dans une salle de classe à Bruxelles, des adultes se retrouvent tous les jours pour apprendre le français. Avec ou sans papiers, exilés, réfugiés, demandeurs d’asile en attente d’une réponse, ils sont en Belgique, depuis quelques semaines ou quelques années. Tous étrangers, tous différents. Le sourire, le rire, le doute, l’effort, le travail, le silence. Ce film propose de découvrir le quotidien de cet apprentissage, d’une expérience partagée entre les apprenants et leurs professeurs.

Une collaboration GSARA asbl, CIRÉ asbl et la Maison de Quartier Chambery.

Dans le cadre de la programmation “Habiter l’exil” proposé par PointCulture. 
Samedi 12 octobre à 15:30 au PointCulture Bruxelles – Rue Royale, 145 1000 Bruxelles.

Entrée libre

12-10-2019

Writing as a gesture of love: reading on writing (reading group)

Dans le cadre de Conversation #4 (résidence du GSARA et du CVB), les artistes Rebecca Jane Arthur et Eva Giolo vous invitent à participer à une session de lecture collective d’extraits de textes sur l’acte d’écrire : l’envie d’écrire, l’amour de l’écriture, le doute. Rebecca et Eva s’inspirent de textes de Marguerite Duras, d’Eileen Myles, d’Ariana Reines, de Susan Sontag, de Gertrude Stein et de Virginia Woolf, et vous invitent à apporter vos propres inspirations: un paragraphe, un poème ou quelques lignes qui vous inspirent ou écrient par vous-même. Elles partageront quelques lignes de leur processus d’écriture sur la création d’images en mouvement. Ce moment de lecture commune consiste à prendre le temps. Un temps ensemble pour partager des références et réfléchir sur le processus de création, avec son jeu et toutes ses difficultés. La conversation sera bilingue (EN/FR). 

tickets

€5
16:00 – 20:00

Beursschouwburg
Auguste Ortsstraat 20 -28, 1000 Région de Bruxelles-Capitale

 

04-10-2019

Expo - Plan fixe

Hollywood, Bollywood, Cinecitta, Pinewood… Tournai.
L’atelier multimédia du Bric à Brac, mené par le GSARA Tournai, a repéré une série de lieux à haut potentiel cinématographique.

Exposition des photographies de:
Adrien, Anne-Lise, Emeric, Geoffrey, Kevin, Pieter.

Vernissage le vendredi 4 octobre 2019 de 18:00 à 20:00

Bric à Brac
Rue des chapeliers, 48 7
500 Tournai

Visites du lundi au mercredi de 9:00 à 12:00 • jeudi de 9:00 à 15:00 
ou sur rendez-vous au 069 235243

infos : bricabrac@hplerelais.bedamien.seynave@gsara.be
organisation Bric à Brac & GSARA Tournai

02-10-2019

Demeure (AP) + Visible Cities

AVANT PREMIÈRE 

DEMEURE, de Lucie Martin (FR, 2019, 39′)
Dérives – GSARA 

« La maison, l’espace de l’intime, celui où l’on range ses affaires, ses secrets. Le lieu où l’on peut se soustraire du regard d’autrui en fermant la porte. Mais chez Étienne, il y a peu d’affaires et la porte est ouverte ». Un film comme un lieu pour reccueillir une histoire et une rencontre entre la réalisatrice et son protagoniste autour de la question de l’habiter.

En présence de la réalisatrice

Précédée de la projection exceptionnelle de :

VISIBLE CITIES, Babette Mangolte (US, 1991, 31 min)

“Le titre est une référence au roman d’Italo Calvino, Les villes invisibles, dans lequel Calvino imagine un dialogue entre deux dirigeants, Gengis Khan et Marco Polo, fantasmant sur les villes idéales et où l’idéal est celui du nomade et du marchand. Dans ma version, je regarde les nouvelles constructions de villes en copropriété dans le sud de la Californie et invente un dialogue entre deux femmes qui ont toutes les deux le sentiment d’être des citoyennes invisibles, dans un monde dominé par les hommes et l’argent” (BM). Une fantaisie cinématographique riche en réflexion, par une autrice rare, qui fut par ailleurs directrice de la photographie pour Chantal Akerman (Jeanne Dielman…).

Soirée organisée en partenariat avec Dérives, GSARA asbl et le Sic Soundimageculture dans le cadre du nouveau festival de cinéma En ville (programme sur www.leptitcine.be)

Mercredi 2 octobre 2019 de 19:15 à 22:15
Palace
Boulevard Anspach 85, 1000 Ville de Bruxelles

22-09-2019

Soirée de commémoration à Semira Adamu : projection & discussion

Exhumant l’histoire de Semira Adamu, largement médiatisée à l’époque des faits, en 1998, pour la raconter autrement, À l’usage des vivants tisse un récit de témoignages. À celui de Semira Adamu – retranscrit et conservé par les membres du Collectif Contre Les Expulsions – s’adjoint celui de Maïa Chauvier – témouine proche et indirect des violences commises par l’Etat belges et ses divers exécutants. Ces deux femmes, qu’un monde et qu’un mur sépare, se rencontrent dans la même histoire. Une histoire de corps broyés par une “grande machine carnivore”. Des corps qui refusent de se coucher et qui crient la liberté.

Le film conjugue alors au présent ces deux cris du passé, en accompagnant les voix d’un trajet. Sur cette route, une troisième femme, Céline De Vos, scénographe et militante vient soutenir les mots. Avec ses maquettes et ses mains, elle prolonge le récit jusqu’à aujourd’hui.

Car, depuis vingt ans, la capacité “d’accueil” en centres fermés n’a cessé d’augmenter et les morts “d’illégaux” de s’accumuler, de suicides en “balles perdues”. Le temps passe – hier Semira Adamu, aujourd’hui Mawda Shawri – et la mémoire s’estompe. Ce qui menait encore à la démission d’un ministre, aujourd’hui ne se prolonge que par quelques lignes dans la presse sans aucune pression sur les politiques responsables…

À L’USAGE DES VIVANTS
Belgique – 28′ – 2019
Pauline Fonsny

Production : Contre-ciels asbl (Alice Lemaire) / Coproduction : GSARA, Centre du cinéma et de l’audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles / Écriture : Pauline Fonsny, Maïa Chauvier, Martin Lamand / Montage : Pauline Fonsny, Ismaël Joffroy Chandoutis, Rudi Maerten / Image : Pauline Fonsny, Lou Vernin, Pierre de Wurstemberger / Son : Nathan Foucray, Michel Bystranowski, Alice Lemaire, Jean-Noël Boisse / Interprétation : Céline de Vos, Obigaeli Okigbo, Maïa Chauvier / Montage son : Jean-Noël Boisse / Mixage : Maxime Thomas

PROJECTION SUIVIE D’UNE DISCUSSION AVEC PLUSIEURS INTERVENANT.E.S.Rue Ulens 40

 
Dimanche 22 septembre 2019 – 18:00
Rue Ulens 40, 1000 Région de Bruxelles-Capitale
 
21-09-2019

Chez jolie coiffure - Projection plein air / Place Lumumba

DANS LE CADRE DE LA CAMPAGNE “LES SANS-PAPIERS : NI VUS, NI (RE)CONNUS”

CHEZ JOLIE COIFFURE
Rosine Mbakam
Belgique – 71′ – 2018

Le parcours migratoire de Sabine commence au Cameroun dans les agences de recrutement pour femme de ménage au Liban. Sabine séjourne au Liban où elle est réduite en quasi esclavage. Elle quitte le Liban pour la Belgique. Elle arrive au quartier Matongé à Bruxelles où elle est gérante d’un salon de coiffure en attendant que sa situation se régularise.Dans ce salon de 8m2, Sabine et les autres coiffeuses s’organisent et s’entraident pour faire face à la clandestinité. Elles travaillent 13 à 14h par jour sous la menace de la police qui patrouille et des touristes de tout âge qui les regardent et les photographient comme des objets en vitrine.

PROJECTION EN PLEIN AIR
À partir de 20:00 (lancement du film à 20:30).
Future Place Lumumba à Ixelles
En collaboration avec la Commune d’Ixelles et Tândor Productions

En présence de la réalisatrice Rosine Mbakam et du producteur Geoffroy Cernaix.

GRATUIT

LES SANS-PAPIERS : NI VUS, NI (RE)CONNUS
Une campagne de sensibilisation du GSARA asbl
https://www.gsara.be/nivusnireconnus/

19-09-2019

Les Quatre saisons de Cinergie - Soirée GSARA

Après l’atelier de production liégeois Dérives, c’est au tour du GSARA d’être sous le feu du projecteur de Cinergie, le temps d’une soirée. L’atelier est créée en 1976 à l’apparition de la vidéo en Belgique. Association d’éducation permanente, son ambition première est de susciter un regard critique. Situé dans le champ de l’action sociale, permettant à des projets d’origine associative de se mettre sur pied, le GSARA propose aussi des formations touchant aux techniques de l’image. Reconnu par la Fédération Wallonie-Bruxelles en 1991, l’atelier de production a pour vocation de soutenir la production et la promotion d’un cinéma documentaire de création où la question de la place du cinéaste et de sa présence (physique, vocale) traverse et construit la plupart des films produits tout au long de l’histoire de l’Atelier.

Flagey, Cinergie

Le Refuge (Nadia Touijer)
2003 – 25’ – VO ARA – STT FR
Le quotidien de chômeurs qui se terrent dans le cimetière de Jallez, à la périphérie de Tunis, et survivent grâce aux morts.
+
Les Mains nues (Denis De Wind)
2011 – 9’ – VO FRE – STT ENG
Film d’animation sur la tristesse affective de personnes handicapées qui racontent leur vide sentimental.
+
Notre territoire (Mathieu Volpe)
2019 – 20’ – VO FRE/ITA – STT ENG
Découverte en Super 8 du bidonville gigantesque construit par les travailleurs saisonniers africains à Rignano, dans le sud de l’Italie.
+
La théorie du palétuvier (Alix Aminian)
2016 – 25’ – VO FR
“L’arbre est fixe ou bien il semble fixe, car il vit dans un temps différent du nôtre. Or, l’homme qui prend le temps voit les arbres marcher”. Parabole sur la nécessité de migrer.

  
studio 5

€ 7 > € 5,5

24-04-2019

[Avant-première] Chez jolie coiffure

Tândor Productions et le GSARA
présentent en collaboration avec le CEC-ONG, ULB COOPERATION

CHEZ JOLIE COIFFURE
de Rosine Mbakam
AVANT-PREMIÈRE
MERCREDI 24 AVRIL 2019 – 19:30
FLAGEY

Sabine est rentrée clandestinement en Belgique. Son parcours migratoire commence au Cameroun dans les agences de recrutement pour femme de ménage au Liban. Après un séjour au Liban où elle est réduite en quasi esclavage, elle quitte ce pays pour la Syrie, la Grèce, et arrive enfin en Belgique. Sabine découvre le Matonge, le quartier africain où elle peut trouver du travail au noir.
Aujourd’hui, gérante du salon « Jolie coiffure », Sabine donne du travail aux autres jeunes filles qui arrivent, en attendant que sa situation se régularise. Accueillantes, souriantes, joyeuses, Sabine et les filles travaillent 13 à 14 heures par jour, debout et sans arrêt. Dans ce salon de 8m2, Sabine structure la charge de travail en déléguant certaines tâches aux autres coiffeuses.
Elle s’entretient avec ses clientes, conseille et trouve des solutions pour leurs problèmes de cheveux ou encore leurs problèmes plus personnels. Au même moment, la police patrouille avec ses chiens et organise des descentes dans le quartier pour embarquer au hasard quelques sans papiers. Sabine et les autres coiffeuses affrontent avec courage le regard de touristes de tout âge qui regardent et photographient ces femmes comme des objets en vitrine et nous renvoient à toute une histoire coloniale et post-coloniale.

RÉALISATION ROSINE MBAKAM SCÉNARIO ET RÉALISATION ROSINE MBAKAM IMAGE ROSINE MBAKAM SON ROSINE MBAKAM, LOÏC VILLIOT MONTAGE GEOFFROY CERNAIX ÉTALONNAGE STUDIO CHARBON PRODUCTION TÂNDOR PRODUCTIONS CO-PRODUTION L’ATELIER CINÉMA DU GSARA, WIP – WALLONIE IMAGE PRODUCTION, INDIGO MOOD FILMS PRODUIT AVEC L’AIDE DU CENTRE DU CINÉMA ET DE L’AUDIOVISUEL DE LA FÉDÉRATION WALLONIE-BRUXELLES AVEC LE SOUTIEN DE LA BOURSE DE LA SCAM BELGIQUE

CHEZ JOLIE COIFFURE
Belgique – 71′ – 2018
Rosine Mbakam

AVANT-PREMIÈRE
FLAGEY
Place Sainte-Croix, 1050 Bruxelles

24 AVRIL 19:30 & 21:30
en présence de la réalisatrice
Le film est sous-titré en version bilingue français et néerlandais. Les projections seront suivies d’un drink.

RÉSERVATION
Séance 19:30
Séance 21:30

CONTACT
Tândor Productions
tandor.prod@gmail.com

Page Facebook de l’événement

23-04-2019

[Projection & débat] Caoutchouc Rouge, Rouge Coltan

“La Belgique en a-t-elle fini avec son passé colonial ?”

Déni colonial en Belgique et néocolonialisme en Afrique : continuité ou rupture ? Les associations CEC ONG, Collectif Mémoire Coloniale et Lutte contre les Discriminations, CEPAG et Grignoux vous invitent à une soirée d’interpellation politique avec les candidat.e.s têtes de liste aux élections fédérales du 26 mai 2019 des 6 principaux partis francophones autour du court-métrage d’animation “CAOUTCHOUC ROUGE, ROUGE COLTAN” de Jean-Pierre Griez.

Caoutchouc Rouge, Rouge Coltan est un docu-fiction d’animation, court (33′) mais dense, qui propose d’analyser à travers l’histoire d’Abo, une jeune bruxelloise d’origine congolaise, les traces de la mémoire coloniale et d’aborder la problématique du pillage des ressources naturelles et matières premières. Une œuvre poignante, originale et plus que nécessaire.

Venez interpeller les candidat.e.s aux élections fédérales avant les élections sur ces questions essentielles !

Invité.e.s : M. Nabil Boukili (PTB) (confirmé), M. Georges Dallemagne (cdH) (confirmé), M. Guillaume Defossé (ECOLO) (confirmé), M. Ahmed Laaouej (PS) (confirmé), M. Michel de Maegd (MR) (confirmé), M. François de Smet (DéFI) (en attente de confirmation)

Mardi 23 avril 19:45 – 23:00
Palace
Boulevard Anspach 85, 1000 City of Brussels

PAF : 6 euros et 4 euros pour demandeur.ses d’emploi et étudiant.es
Avec le soutien de GSARA asbl et Le Village du Monde

Page Facebook de l’événement

18-04-2019

[Conversation*4] Eva Giolo & Rebecca Jane Arthur

Sur la base d’un échange de lettres, deux artistes en résidence (à l’Atelier Cinéma du GSARA et au studio de production du CVB) se consacrent pendant un an à l’écriture et à l’élaboration d’un film documentaire. Cette Conversation artistique en est à sa quatrième édition et donnera lieu à trois événements portes ouvertes en collaboration avec Beursschouwburg en 2019.

Partant de la question générique « Qu’est-ce que faire du cinéma ? », Rebecca Jane Arthur et Eva Giolo proposent une conversation intitulée Like a Woman. Dans leur pratique, elles partagent des préoccupations communes : le portrait, filmer la famille, les rôles de la femme au sein de la famille et de la société, l’émancipation, la communication, la connexion et la déconnexion.
Leurs films en cours questionnent respectivement leur « chez soi » et initient une conversation avec leur mère, qui les confronte à leurs rôles de filles et de réalisatrices.

Cette Conversation sera l’occasion pour Rebecca et Eva d’interroger et confronter leurs pratiques quant aux processus de productions de leurs films, leurs points communs et leurs différences, et de créer des liens avec le travail d’autres cinéastes, penseuses et penseurs, féminins et féministes.

BEURSSCHOUWBURG
Jeudi 18 avril – 20:30
Rue A. Orts 20-28, 1000 Bruxelles
argosarts.org

Page Facebook de l’événement

02-04-2019

[Projection/débat] Le Community organizing

ANNULÉ

Dans l’optique de développer des contre-pouvoirs populaires, le community organizing est une méthode d’action et d’organisation collective. Elle prend pour point de départ les dominations et les injustices vécues matériellement par les gens.
Le Community Organizing poursuit trois objectifs : obtenir des améliorations dans les conditions de vie, dépasser un sentiment de fatalité et une exclusion politique réelle, construire un rapport de force par l’organisation collective de celles et ceux dont le seul pouvoir est leur nombre.
Mis en place et théorisé à partir de la fin des années 1930 par Saul Alinsky, le community organizing vient des USA. En France, ces méthodes se développent depuis la fin des années 2000, selon différents modes.
En 2017, pour la première fois en Belgique, des acteurs sociaux ont bénéficié d’une formation aux techniques du community organizing.

En les suivant dans cette formation le GSARA a voulu mettre en lumière comment ces techniques redonnent du sens et de la valeur à l’action sociale.
Une production LES asbl et GSARA asbl.

Construire des actions collectives avec Le Community Organizing
Autour du film Le Community Organizing, Le GSARA-Bruxelles, Bruxelles Laïque et Periferia vous invitent à questionner le travail social communautaire, ses limites, ses freins et ses enjeux dans le contexte bruxellois.

Mardi 2 avril – 18:30
Bruxelles Laïque
Avenue de Stalingrad 18, Bruxelles

Activité gratuite sur inscription : inscription@laicite.be
Informations complémentaires : adeline@periferia.be

Page Facebook de l’événement

 

12-10-2018

[Projection & débat] Questionner le milieu carcéral

PROJECTION / DÉBAT / RENCONTRE
QUESTIONNER LE MILIEU CARCÉRAL

Le Festival Coupe Circuit, le festival “online” des réalités sociales présente pour sa 3ème édition un focus spécial sur le milieu carcéral.

18H00 > Rencontre avec les réalisatrices/réalisateurs des films en compétition de la 3ème édition du Festival Coupe Circuit. 
Intervenant-e-es: Alexandra Kandy Longuet (Nouvelle-Orléans, Laboratoire de l’Amérique) / Rocio Alvarez (Simbiosis Carnal) / Sébastien De Buyl (Tournures) / Siham Bouzerda (Si tu me poses la question)

20H00 > Projection/débat « Questionner le milieu carcéral » autour du film La Mort se Mérite (France – 2017 – 97’) de Nicolas Drolc
“La mort se mérite brosse un portrait intime de Serge Livrozet, figure de la contre-culture française des années 70, ancien plombier, ancien perceur de coffres-forts, fondateur avec Michel Foucault du Comité d’Action des Prisonniers, écrivain autodidacte et militant anarchiste”.
Bande annonce

Intervenant : François Licoppe 
Débat animé par Olivia Nederlandt (Commission de surveillance / Genepi Conseil Scientifique)

En présence de l’Inter-Environnement Bruxelles (IEB), de la CAAP (Concertation des Associations Actives en Prison), de Rencontres de continents, du comité des habitants de Haren, de Art et Prison, de Genepi Belgique.

GRATUIT
Réservation souhaitée

Centre culturel Jacques Franck
94, Chaussée de Waterloo, 1060 Saint-Gilles

Festival Coupe Circuit
Festival “online” des réalités sociales
3ème édition / 8oct – 8 nov
coupecircuit.be

18-09-2018

[Projection & débat] Rien ne nous est donné

La projection sera suivie d’une rencontre avec Benjamin Durand, l’un des grévistes du documentaire et des représentants syndicaux.

Mardi 18 septembre 2018 à 18H30
Cinéma Caméo & Caféo
49 rue des Carmes, B-5000 Namur

Prix d’entrée habituels.
TICKETS

Une initiative du GSARA, Les Grignoux et en partenariat avec le CEPAG et la FGTB wallonne.

RIEN NE NOUS EST DONNÉ
Belgique – 2018 – 58’
Une production GSARA ASBL en co-production avec ZIN TV

« La grève vous êtes dedans 24h sur 24h et vous tombez à genoux au bout de quelques jours, et puis hop, il faut se relever et se dire : allez on va encore se battre ».

Bruxelles. Des grévistes nous racontent leur combat. L’organisation, le rapport de force, la réaction patronale. 1969, 1988, 1994, 2009, 2010. Des conflits différents mais la même logique, la même détermination, la même classe sociale. Comprendre que l’action collective reste le seul moyen efficace pour défendre ses droits, son emploi, sa dignité. Penser les luttes sociales d’hier et d’aujourd’hui pour mieux organiser celles de demain, parce que Rien ne nous est donné.

RÉALISATION : Benjamin Durand IMAGE : Maxime Kouvaras SON & CRÉATION SONORE : Maxime Thomas & Jean-Noël Boissé MONTAGE IMAGE : Roberto Ayllon MONTAGE SON & MIXAGE : Maxime Thomas ÉTALLONAGE : Maxime Tellier GRAPHISME : Clément Hostein RESPONSABLE DE PRODUCTION : Maureen Vanden berghe RESPONSABLE DE PROJET : Eleonora Sambasile RESPONSABLE TECHNIQUE : Sahbi Kraiem

UNE PRODUCTION GSARA asbl en coproduction avec ZIN TV

Facebook : @RienNeNousEstDonne

13-09-2018

[Projection & débat] Rien ne nous est donné

Paroles sur images (ciné-club du Casi-Uo) et le GSARA vous invitent à la projection-débat du documentaire :

RIEN NE NOUS EST DONNÉ

Nous en débattrons avec le réalisateur, Benjamin Durand, et un des grévistes, protagoniste du documentaire.

Infos pratiques :
JEUDI 13 SEPTEMBRE À 18H30
CFS asbl, 26 rue de la Victoire, 1060 Saint-Gilles
Entrée libre + Bar et apéro à prix populaires !

RIEN NE NOUS EST DONNÉ
Belgique – 2018 – 58’
Une production GSARA ASBL en co-production avec ZIN TV

« La grève vous êtes dedans 24h sur 24h et vous tombez à genoux au bout de quelques jours, et puis hop, il faut se relever et se dire : allez on va encore se battre ».

Bruxelles. Des grévistes nous racontent leur combat. L’organisation, le rapport de force, la réaction patronale. 1969, 1988, 1994, 2009, 2010. Des conflits différents mais la même logique, la même détermination, la même classe sociale. Comprendre que l’action collective reste le seul moyen efficace pour défendre ses droits, son emploi, sa dignité. Penser les luttes sociales d’hier et d’aujourd’hui pour mieux organiser celles de demain, parce que Rien ne nous est donné.

RÉALISATION : Benjamin Durand IMAGE : Maxime Kouvaras SON & CRÉATION SONORE : Maxime Thomas & Jean-Noël Boissé MONTAGE IMAGE : Roberto Ayllon MONTAGE SON & MIXAGE : Maxime Thomas ÉTALLONAGE : Maxime Tellier GRAPHISME : Clément Hostein RESPONSABLE DE PRODUCTION : Maureen Vanden berghe RESPONSABLE DE PROJET : Eleonora Sambasile RESPONSABLE TECHNIQUE : Sahbi Kraiem

UNE PRODUCTION GSARA asbl en coproduction avec ZIN TV

Facebook : @RienNeNousEstDonne

17-04-2018

[Conversation *3] Laure Cottin Stefanelli - Peter Snowdon

RENCONTRE – MARDI 17 AVRIL 2018 – 20H00

“L’ENTRE CORPS”
En quoi le cinéma est-il avant tout une mise en jeu de corps et de gestes? Jusqu’où le montage et la projection peuvent-ils prolonger l’aventure physique du tournage, sans la dissoudre dans l’idée ?

Pour inaugurer la 3e édition de la résidence Conversation, initiée par le CVB et le GSARA, Laure Cottin Stefanelli et Peter Snowdon présenteront, au cours d’une conversation avec Septembre Tiberghien, des images récemment tournées par eux et évoqueront celles dans lesquelles ils se projettent, et qui sont encore à venir.

À travers ses films, photographies et installations, l’artiste française Laure Cottin Stefanelli poursuit une recherche autour de récits centrés sur des personnages habités de tensions paradoxales – pulsions de vie, de mort, érotique – celles qui résultent de la séparation entre l’esprit et le corps. Ayant participé notamment au FID Marseille et au Kasseler Dok Festival, Laure a eu en 2017 sa première exposition personnelle, Touch me not / do not cling to me / do not hold me / do not approach me, à la Centrale Lab (Bruxelles).

Cinéaste britannique établi à Bruxelles, Peter Snowdon est l’auteur de The Uprising (2013), film de montage réalisé à partir de vidéos YouTube créés par les acteurs des révolutions arabes, et le metteur en scène du film du Groupe ALARM, Le Parti du rêve de logement (2016, production CVB). Ses recherches actuelles portent sur la relation filmeur/filmé. Peter enseigne la réalisation dans le cadre du programme d’anthropologie visuelle de l’Université de Leyde (Pays-Bas).

Initiée conjointement par l’Atelier Cinéma du GSARA et l’Atelier de production du Centre Vidéo de Bruxelles (CVB), Conversation est une résidence d’un an basée sur une correspondance entre deux artistes, centrée sur les enjeux du cinéma documentaire, ses écritures, ses variations.

MARDI 17 AVRIL 2018 – 20H00

BOZAR
Studio
Rue Ravenstein 23
1000 BRUXELLES

bozar.be
gsara.be
cvb.be

/// Veuillez réserver votre place en envoyant un e-mail à info@cvb.be ///

17-04-2018

[Projection] Filmer à tout prix ON TOUR

CORPS
Benjamin D’Aoust
///
KALÈS
Laurent Van Lancker

17 AVRIL 2018
ULB

Génépi Belgique (association de sensibilisation et d’actions face aux conditions de toutes les formes d’enfermement) et le Cercle Culturel de Philosophie à l’ULB (CPhi) reçoivent Filmer à tout prix pour proposer un débat autours des films Corps et Kalès.

Les films seront suivi d’une rencontre avec les réalisateurs Laurent Van Lancker et Benjamin d’Aoust.

Mardi 17 avril – 18h30
Local K.4.201 – Campus Solbosch, 50 Av. Franklin Roosevelt, 1050 BRUXELLES
Entrée gratuite

CORPS
Benjamin d’Aoust – 2016 – 16′- Belgique

Les murs d’une prison. Les voix, les cris des prisonniers échappent à la litanie des jours…

Sélection – Filmer à tout prix 2017 – Bruxelles (Belgique)
Sélection – Docudays UA2017 – Kiev (Ukraine)
Sélection – Festival dei Popoli 2017 – Florence (Italie)
Sélection – FIFF (Festival International du Film Francophone de Namur) 2017 – Namur (Belgique)

KALÈS
Laurent Van Lancker – 2017 – 63′ – Belgique

Polyphonie d’hommes, de récits et d’atmosphères de la « jungle » de Calais. Un parcours sensoriel, passant de situations intimes à des stratégies de survie. Un film de vents et de déceptions, de feux et de solidarités, d’espoirs et de limbes.

Partageant le quotidien des migrants durant de nombreuses visites sur toute la durée de la « jungle » et proposant une approche souvent participative (images et récits en partie produits par les migrants), le réalisateur Laurent Van Lancker propose un film à la fois politique et poétique qui livre un regard intérieur et inhabituel sur la faculté d’adaptation et la vie sociale des migrants.

Grand prix – Filmer à tout prix 2017 – Bruxelles (Belgique)
Prix de la Quadrature du Cercle – Filmer à tout prix 2017 – Bruxelles (Belgique)
Sélection – IDFA 2017 – Amsterdam (Pays-Bas)

30-01-2018

[Avant-première] Par-delà les limites

AVANT-PREMIÈRE
Mardi 30 janvier 2018
18H30 – 22H00
La Maison des Cultures et de la Cohésion Sociale de Molenbeek-Saint-Jean
Rue Mommaerts 4 – 1080 Molenbeek-Saint-Jean

PAR-DELÀ LES LIMITES
Un film de Maroussia Klep et Jose Huedo
An Impact Storytelling production
Co-produit par GSARA ASBL et ART2WORK
En collaboration avec Les Films de la passerelle

À Bruxelles, le chômage touche aujourd’hui plus d’un jeune sur quatre. Mais avant de trouver un job, n’est-il pas important de savoir ce que l’on veut vraiment ? Afin de dépasser les limites d’une société encore très inégalitaire, dix jeunes belges de diverses origines vont d’abord devoir faire face à celles qu’ils s’imposent à eux-mêmes.

18H30 : Accueil
19H30 : Projection
20H30 : Drink, discussion & buffet

Entrée gratuite. Infos & réservation :
Sandra Démal
sandra.demal@disc-asbl.be
Tel : +32 2 250 13 10

24-01-2018

[Conférence] Face à la robotisation, l'allocation universelle est-elle salutaire ?

MERCREDI 24 JANVIER 2018 

CONFÉRENCE DE RAPHAEL LIOGIER (Sociologue et philosophe). Discutant : Cédric Leterme (chercheur en sciences sociales et militant pour le salaire à vie)

Nous vivrions la plus grande transformation depuis le néolithique. La robotisation, l’intelligence artificielle et les transformations numériques de la société propulsent l’humanité dans une ère d’abondance où l’emploi deviendra accessoire, assure le philosophe Raphaël Liogier, défenseur d’un revenu universel de haut niveau. Connu notamment pour ses analyses sur l’Islam, Liogier analyse le mythe de l’emploi, pierre angulaire de tous les discours politiques.

Raphaël Liogier est sociologue et philosophe, professeur des universités à Science Po Aix en Provence et enseignant à Paris au Collège international de philosophie. Auteur de Sans emploi : condition de l’homme postindustriel (Les liens qui libèrent Ed., 2016). 

Une initiative du GSARA dans le cadre de sa campagne de sensibilisation “Exploitation du travail programmée”

En partenariat avec le Le Centre d’Action Laïque de la Province de Liège. Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, la Cocof, la Région wallone. 

24 JANVIER 2018 – 20H00 
La Cité Miroir (Salle Ferrer) 
Pl. Xavier-Neujean 22, 4000 Liège

Inscription souhaitée
info@mnema.be
PAF : 5€

01-09-2017

[Conversation*2] Nina de Vroome – Kristine Gillard

VERNISSAGE – 01 SEPTEMBRE 2017 – 18H00

EXPOSITION DU 02 AU 09 SEPTEMBRE 2017

Maison d’Art Actuel des Chartreux
Rue des Chartreux, 26/28
1000 Bruxelles

Initiée conjointement par l’Atelier Cinéma du GSARA et l’Atelier de production du Centre Vidéo de Bruxelles (CVB), Conversation est une résidence d’un an basée sur une correspondance entre deux artistes, centrée sur les enjeux du cinéma documentaire, ses écritures, ses variations.

Après une première étape de conversation partagée lors d’une projection-rencontre au Cinéma Aventure en janvier 2017, Kristine Gillard et Nina de Vroome se proposent d’explorer ce terrain particulier entre cinéma documentaire et arts plastiques. Elles ouvriront leur questionnement cinématographique à une forme d’ « occupation de l’espace », où entreront en résonance projections d’images – digitales et argentiques –, sons, textes, photographies, dessins, collages et objets. Une invitation à l’écoute partagée, à la mise en dialogue de deux univers distincts et de leur rapport singulier au réel.

Khristine Gillard, cinéaste et plasticienne, est co-fondatrice de l’atelier LABO, laboratoire cinématographique artisanal de traitement de la pellicule film, actuellement en résidence à la MAAC. Elle développe une pratique filmique, photographique et d’installation en lien avec la notion de territoire, que celui-ci s’appréhende comme un espace géographique ou un espace mental. De Bruxelles au Nicaragua, en passant par la Camargue, les trois documentaires qu’elle a réalisés, Des hommes (72’ – 2008), Miramen (22’ – 2011) et Cochihza (59’ – 2013) explorent chacun à leur manière la relation de l’homme / la femme à son territoire. Comment il / elle l’habite, le transforme, y vit et en vit, y crée des habitudes, des repères, une mémoire.

Nina de Vroome, diplômée du KASK à Gand, et membre du collectif Sabzian, multiplie les collaborations dans le domaine de la réalisation, du montage et de la prise de son. Si le lien que nous entretenons à notre environnement proche ou lointain est également un thème récurent dans ses réalisations, Nina développe dans ses films une « chorégraphie du regard » qui rend palpable la tension entre la réalité et l’effet que celle-ci imprime sur le corps et l’esprit du cinéaste en train de la filmer. Ses deux derniers films en date, Een idee van de zee (61’ – 2016) et Golven (31’ – 2013), se construisent justement dans un subtil entrelacement entre point de vue sur le réel et imaginaire poétique.

Esthétiques maîtrisées, attention particulière au travail sonore et au pouvoir évocateur de l’image, conscience de sa propre histoire et mémoire face au réel, appréhension de la multitude des rapports possibles de l’individu à son territoire… voici les beaux points de convergence à partir desquels Khristine Gillard et Nina de Vroome ont entamé cette résidence.

Après l’exposition à la Maison d’Art Actuel des Chartreux en septembre, la résidence proposera un dernier rendez-vous lors du Festival Filmer à Prix en novembre 2017 à l’occasion de l’édition d’un livre-trace de cette Conversation.

maac.be
gsara.be
cvb.be

28-06-2017

[Projection & débat] Féminisme(s)

FÉMINISME(S)

Capsules vidéo réalisées par le GSARA asbl.
2016 – Belgique – 16′

Des femmes d’origines et d’horizons différents se sont réunies pour aller au-delà des clichés et réfléchir à la construction d’un mouvement féministe commun.

GSARA asbl, BePax et Vie Féminine vous invitent à découvrir le temps d’une soirée le fruit de ces rencontres à travers la projection des capsules vidéo Féminisme(s) rassemblant les témoignages de ces femmes. Ces vidéos mettent en avant les doubles discriminations dont souffrent les femmes issues de minorités, offrent un focus sur le féminisme musulman en plein essor et abordent les différences et convergences au sein du mouvement féministe.

Un projet réalisé dans le cadre de : la campagne “Forgotten Women : the impact of Islamophobia on Muslim women” coordonnée par le réseau européen de lutte contre le racisme (ENAR). Avec la participation de: Anne Claire Orban (Pax Christi), Layla Azzouzi (CCIB), Julie, Nadine, Eva, Aichatou, Sophie, Ghitah.

Les capsules se joignent à la projection du film L’Orient à petit feu de Jacques Debs (2000 – Belgique – 59′).

Quatre témoignages de femmes sur leurs conditions de vie dans un Proche-Orient en feu. Quatre femmes qui racontent en toute intimité leurs combats quotidiens pour survivre dans un système sexiste et patriarcal.

Projection et débat le mercredi 28 juin de 18H30 à 20H30 à La Maison Couleur Femmes de Vie Féminine Schaerbeek.
Chaussée de Haecht 176 – 1030 Schaerbeek

Infos & réservation

Anne-Claire Orban
anneclaire.orban@bepax.org
02/738.08.04